La nouvelle vague de la bande dessinée

Auteur/autrice : 9elyeu Page 1 of 2

Modification dates 2021

Article mis en avant

Annonce importante

Chers amis et amies du 9e L’Yeu,

Un mot pour vous informer que notre festival a été décalé de quelques jours….Il ne s’agit pas d’un grand changement, rassurez-vous !

Aussi, munissez-vous de vos plus beaux stylos : la deuxième édition du festival 9e L’Yeu se déroulera le vendredi 13 et samedi 14 août 2021 !

Nous avons hâte de vous y retrouver !!!

Amicalement,

L’équipe du 9e L’Yeu

P.S : En attendant de vous dévoiler l’affiche officielle de cette deuxième édition, nous remercions Jean Harambat et les éditions Dargaud de nous avoir accordé les droits pour vous partager cette magnifique planche tirée de la bande dessinée Le Detection Club.

Des nouvelles de Baru

Nous vous donnons aujourd’hui des nouvelles de Baru, auteur invité lors de la première édition du festival !

Ayant reçu de nombreux prix, notamment pour Quéquette Blues et L’Autoroute du soleil, Baru sort cette année Bella Ciao – Uno, le premier tome d’une trilogie éditée aux éditions Futuropolis. À travers les souvenirs de Teodoro, l’artiste nous raconte l’immigration italienne et la difficulté pour un étranger de s’intégrer en France, mêlant par petites touches sa propre histoire familiale à la fiction.

Si cette bande dessinée vous donne envie de vous plonger dans l’univers de Baru, dévorez également le Catalogue déraisonnable de son œuvre graphique ! 40 ans du 9e art sont retracés dans cet ouvrage sorti fin 2019 par Le Pythagore Éditions, qui mêle illustrations, croquis et moments forts décrits par l’auteur.

Les Couloirs aériens – Étienne Davodeau

Regarde les hommes tomber
~
Yvan est un jeune quinquagénaire dont le cap des 50 ans ressemble à s’y méprendre à un hiver prématuré…
~
Réfugié dans une maison appartenant à des copains jurassiens, cet individu blanc mâle vieillissant (et légèrement phallocrate, comme le souligne volontiers le coscénariste et dessinateur Étienne Davodeau) a, en effet, du plomb dans l’aile : portant le deuil jumeau de ses parents, de son boulot, observant l’espace grandissant et inexorable avec ses enfants comme avec sa femme, notre anti-héros n’est pas vraiment à la fête.
~
Installé dans une dépression de haute altitude, tel un Hergé missionnant son Tintin au Tibet pour y recouvrer sa pureté et sa jeunesse, Yvan fouille, sonde la neige, les photographies et les cartons des souvenirs, à la recherche d’un second souffle (profitez-en d’ailleurs pour (ré)écouter cette chanson magnifique de La Maison Tellier).
~
Heureusement épaulé par des amis patients quant à sa résilience en mode « plaintes et gémissements », le directeur artistique en mode « renoncement et désœuvrement » va devoir bousculer son rapport aux autres et aux choses pour renaître.
~
Inspiré de l’histoire personnelle de l’un des membres du trio créatif (Christophe Hermenier, Joub et Étienne Davodeau), ce roman graphique est le pendant masculin, en moins dramatique et en plus pathétique, de Lulu femme nue, dix ans plus tard.
~
Des portraits justes et touchants, de l’autodérision et de l’autocritique, de belles histoires d’amitié, des regrets et la promesse de jours meilleurs : Les couloirs aériens est un titre indispensable de cet automne bande dessinée.
~
PS : disponible depuis hier (mercredi 23 octobre 2019) en librairie et publié par les éditions @futuropolis.
PPS : merci à l’ami François Poupet pour son interprétation d’Yvan !

Page 1 of 2

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén